atelier.celsius

architectre & certificat énergétique cantonal des bâtiments CECB

Un toit plat végétalisé

Les toits plat végétalisés ont beaucoup d’avantages. Les Viking des îles Féroé en mer de Norvège utilisaient déjà cette technique pour isoler leurs toitures.

Les qualités des toitures végétalisées:

  1. Isolation thermique optimum avec un excellent volant thermique.
  2. Les toits végétalisés préviennent les dégradations dues à la chaleur et au froid (protection de l’étanchéité).
  3. Réduit le volume d’eau pluviale rejeté dans les réseaux de canalisation. Ils contribuent à l’équilibre du climat local. Les toits vert peuvent retenir 50 à 80 % des précipitations qui s’évaporent  contribuant à maintenir le toit au frais l’été.
  4. Les toits végétalisés plantés avec de la bruyère ou du genêts purifient l’air en fixant  le CO2.
  5. Avec la densification des constructions ces espaces végétalisés favorisent la biodiversité, la vie sauvage et créent des oasis de verdure en milieu urbain.
  6. Très bonne isolation phonique. La terre végétalisée est un des meilleurs isolants acoustiques, elle absorbe les ondes sonores.  Un substrat de 12 cm d’épaisseur peut réduire les bruits aériens de près de 40 dB.

 

Composition d’un toit végétalisé:

Un toit vert ou végétal est constitué essentiellement de cinq composantes. En partant du support de toit, on retrouve :

  • la structure portante.
  • une couche d’étanchéité,  une barrière anti racines et une membrane d’étanchéité séparent le système du toit vivant du bâtiment isolé qui se trouve en dessous.
  • une épaisseur de drainage et de filtration. Si cette couche est saturée, l’eau excédentaire se déverse dans une canalisation.
  • un substrat de croissance.
  • une couche végétale si l’on recherche un aspect engazonné ou de type prairie, ou une couche d’un substrat léger, pauvre et absorbant type mélange de billes d’argile expansée ou d’ardoise expansée, sans engrais dans lequel on plantera surtout des plantes succulentes, de type  sébum et de plantes adaptées aux milieux secs graminée, thym. Les sédums stockent l’eau, absorbent les pluies qui ruisselleraient sur un toit plat ordinaire.

L’étanchéité

  • Comme pour toute toiture, elle est essentielle. L’importance de la couche d’étanchéité ne doit jamais être sous-estimée ; elle doit être adaptée à la végétalisation et parfaitement posée car les coûts de réparation d’une fuite sont souvent au moins doublés comparés aux toitures-terrasses classiques. Le complexe isolant doit être résistant à la compression et aux racines.
  • Les membranes bitumineuses
  • Le type de drainage (barrière composée d’une couche d’air) et l’entretien régulier rendent inutile le traitement herbicide. Cependant, la réglementation exige l’ajout d’une couche anti-racine .
  • Les essais faits en Allemagne par le FLL sont les meilleurs indicateurs de performance des systèmes disponibles en Europe.
  • Remarque : selon l’épaisseur et le type de substrat et le climat local, certaines plantes doivent être proscrites. Ceux qui veulent favoriser la biodiversité chercheront à y favoriser les espèces plus locales, mais adaptées à ces « milieux extrêmes » très secs et chauds au plus fort de l’été et exposés aux chocs thermiques de forte amplitude.

La couche de drainage

  • Selon l’inclinaison de toit, la résistance de la structure portante et l’épaisseur et la nature du substrat, une couche drainante peut être mise en œuvre. C’est le plus souvent du polyéthylène gaufré qui crée un espace de drainage d’environ 10 cm de hauteur dirigeant l’eau de pluie vers le drain du toit ou vers les gouttières extérieures. Pour éviter son colmatage par des particules du sol/substrat, il est éventuellement possible de lui adjoindre un géotextile non-tissé qui retient les fines particules du sol et laisse l’eau s’égoutter.

Le substrat

  • Le substrat doit être léger et résistant et pas se compacter,  tout en retenant l’eau. Sa composition est généralement un mélange de terre et/ou de compost végétal de feuilles ou d’écorces mélangé à des agrégats de pierres légères et absorbantes, ayant un diamètre de 3 à 12 mm. Les agrégats représentent un volume variant de 40 à 70 % du substrat de culture en fonction de l’épaisseur de substrat, de l’irrigation (si engazonnement) et du type de culture souhaité. L’épaisseur totale du substrat peut ainsi être réduite à seulement 10 cm d’épaisseur, voire moins pour les rouleaux pré végétalisés de sédums. 15 cm est en zone tempérée l’épaisseur minimale convenant aux plantes très résistantes au gel. 15 cm sont nécessaires pour bénéficier d’une plus grande variété de plantes.Ses capacités de rétention en eau, de perméabilité, de résistance à l’érosion, de densité conditionnent le bon fonctionnement du système.Pour les toitures de graminées, les architectes paysagistes ont longtemps recommandé un minimum de 30 cm de terre sur les toits végétaux, mais la terre devient très lourde lorsqu’elle est saturée d’eau (environ 1,6 tonne par mètre cube, ou 160 kg par mètre carré pour une épaisseur de 10 cm) avec des risques de dommages à l’étanchéité et à la structure d’un immeuble classique si elle n’a pas été soigneusement renforcée. Le milieu étant moins favorable aux vers de terre, la terre tend à se compacter, évacuant l’oxygène nécessaire à la survie des plantes. Les erreurs passées incitent à attacher la plus grande importance au substrat qui doit permettre la vie des plantes, sans recherche de productivité (laquelle demanderait un entretien accru).

La couche végétale

  • Techniquement, toutes les plantes peuvent pousser sur les toits, mais certaines peuvent nécessiter des soins constants pour les préserver d’un soleil permanent, du gel et des grands vents. Dans la plupart des cas, la végétation ne sera qu’herbacée ou arbustive. Elle sera choisie en fonction du climat de la région, de l’ensoleillement, de la pente du toit, de l’épaisseur du substrat, etc.Pour les substrats les plus minces, idéalement les végétaux devraient être choisis parmi la flore indigène vivace qui est naturellement très résistante aux variations locales des paramètres climatiques. Elles s’implanteront rapidement pour couvrir les surfaces réduisant l’assèchement du substrat par le soleil et le vent.Pour des épaisseurs de sols plus importantes, les plantes alpines et rudérales conviennent bien aussi généralement à cet usage. Dans tous les cas, les plantes couvre-sols sont à préférer car elles ont l’avantage de laisser peu de place aux herbes sauvages ou indésirables et de réduire l’entretien.

 

L’atelier celsius réalise votre certificat énergétique

Lors de notre visite, nous relevons toutes les données (composition des murs, toiture, sol, type de production de chaleur …) liées au bâtiment et à sa consommation d’énergie. Ensuite, nous effectuons le bilan énergétique de votre bâtiment sous la forme d’un CECB. Le propriétaire se voit remettre un document de quatre pages sous format électronique et sur support papier. Ce document porte la signature de l’expert certifié. Celui-ci est reconnu par les services de l’énergie des cantons suisse ainsi que par la Confédération.certificate

 

Quels sont les subventions valables dès le 1er janvier 2017 dans le canton de Neuchâtel

CECB Plus

  • Bâtiment de catégorie II forfait de CHF 700.-
  • Bâtiment de catégorie I forfait de CHF 1000.-

Isolation thermique d’éléments de construction la subvention se monte à 60 francs / m2 de surface isolée dans les cas suivants:

  • Toit, mur, sol contre l’extérieur valeur U plus petite que 0,20 W/m2K
  • Mur, sol enterrés < 2 mètres valeur U plus petite que 0,20 W/m2K
  • Mur, sol enterrés > 2 mètres valeur U plus petite que 0,25 W/m2K

Production de chaleur:

  • Chauffage automatique au bois (pellets ou plaquettes)
  • Pompe à chaleur
  • Raccordement à un réseau de chaleur
  • Capteurs solaires thermiques

Amélioration de classes CECB habitat individuel

  • Amélioration de 2 classes: 50 francs/m2 de SRE
  • Amélioration de 3 classes: 75 francs/m2 de SRE
  • Amélioration de 4 classes: 100 francs/m2 de SRE
  • Amélioration de 5 classes: 130 francs/m2 de SRE
  • Amélioration de 6 classes: 50 francs/m2 de SRE

Amélioration de classes CECB habitat collectif

  • Amélioration de 2 classes: 35 francs/m2 de SRE
  • Amélioration de 3 classes: 50 francs/m2 de SRE
  • Amélioration de 4 classes: 65 francs/m2 de SRE
  • Amélioration de 5 classes: 75 francs/m2 de SRE
  • Amélioration de 6 classes: 95 francs/m2 de SRE

Rénovation minergie habitat individuel

  • Minergie ® 100 francs / m2 SRE
  • Minergie P® 155 francs / m2 SRE
  • Supplément minergie-A® 15 francs / m2 SRE
  • Supplément ECO® 5 francs /m2 SRE

Rénovation minergie habitat collectif

  • Minergie ® 65 francs / m2 SRE
  • Minergie P® 95 francs / m2 SRE
  • Supplément minergie-A® 15 francs / m2 SRE
  • Supplément ECO® 5 francs /m2 SRE

 

Tous les renseignements sur les critères d’accès et sur les exigences sont disponibles sur  www.leprogrammebatiments.ch ou sur www.ne.ch/energie

L’ atelier celsius vous guide à travers les démarches nécessaires pour obtenir les subventions du canton et de la Confédération.

vg@atelier-celsius.ch         ou         +41 79 488 57 46

 

Le canton de Vaud rend le CECB obligatoire

Le canton de Vaud est le premier canton a rendre obligatoire la certification énergétique des bâtiments (CECB). Voici les points essentiels à retenir :

  • Le Certificat énergétique Cantonal des bâtiments (CECB) indique la performance énergétique d’un bâtiment sous la forme d’étiquettes se déclinant de « A » (verte = très performant) à « G » (rouge =  moins performant). Il tient compte des consommations d’eau chaude sanitaire ainsi que du chauffage et de la consommation électrique de votre propriété.
  • Entrée en vigueur: 01.01.2017
  • Établissement par un expert certifié
  • Bâtiments d’habitations individuelles ou collectives, administratifs et scolaires
  • Validité de 10 ans pour les constructions existantes (nouvelles ou non) et 3 ans pour les projets en planification.
  • Obligations d’établir un CECB lors de la vente d’un bien d’habitation existant ou lors du remplacement d’une installation de chauffage par une nouvelle installation fonctionnant au gaz, au mazout ou au charbon
  • Dans le cas de la vente d’un lot dans une propriété par étages, l’ensemble de la copropriété aura l’obligation de fournir un CECB pour l’immeuble. Prescription lors d’une donation, succession ou lors d’un transfert de propriété entre époux.

Quelles sont les points à vérifier avant l’achat d’une maison ?

Avant l’achat d’une propriété vérifier l’efficacité énergétique de votre future propriété.

Comment ? Avec un CECB certificat énergétique cantonal des bâtiments. Ce document uniforme pour toute la Suisse  montre quelle est l’efficacité énergétique de l’enveloppe de votre bâtiment (façades, toiture, fenêtres…) et de combien d’énergie ce bâtiment a besoin dans le cadre d’une utilisation standardisée. Votre bâtiment sera classé dans une catégorie allant de A à G . La catégorie A est décernée aux bâtiments qui allient une excellente isolation thermique  avec une production de chaleur optimum (chauffage, production d’eau chaude …). Sur la base de ces calculs standardisés et uniformes pour toute la Suisse, il devient facile de comparer des bâtiments entre eux, ce qui peut-être décisif lors de l’achat ou la location d’un appartement ou une maison.

  • Une représentation claire de l’état de l’enveloppe de votre bâtiment et de la production de chaleur (chauffage).
  • Des indications sur la façon d’améliorer l’isolation et la technique de votre bâtiment.

 

Les besoins de chaleur et le CECB

Le calcul des « besoins de chaleur » d’un bâtiment à rénover ou à construire permet de prévoir, avant les travaux, s’il va remplir les exigences prévues par la loi cantonale sur l’énergie ou faire mieux jusqu’à atteindre un des standard Minergie. Le calcul permet aussi de définir la puissance du chauffage à installer.

Se basant sur la norme SIA 380/1 pour un chauffage théorique à 20°C, ce calcul tient compte des plans et des matériaux choisis pour la construction et l’isolation. C’est en grande partie l’isolation, la superficie (SRE) et la forme du bâtiment (l’enveloppe) qui sont déterminants, mais aussi les conditions météorologiques du lieu. Le calcul prend aussi en compte les gains solaires à travers les vitres, ainsi que la chaleur dégagée par les personnes, l’éclairage et les appareils électriques.

Qu’est-ce qu’un CECB ?

Le CECB en détail

CECB

Est-ce que mon bâtiment est à la pointe de l’efficacité énergétique ?
Est-ce que je consomme inutilement de l’énergie?
Un expert CECB répond à ces questions en établissant un CECB.
Il analyse l’état du bâtiment sous l’angle énergétique et représente son besoin en énergie sous la forme d’une étiquette énergétique au moyen de classes allant de A à G.
Le CECB vous offre:
  • Une évaluation fiable et une représentation claire de la situation énergétique de l’enveloppe du bâtiment et de la technique du bâtiment.
  • Une base de travail explicite pour une rénovation énergétique.
  • Des renseignements pour la rénovation énergétique de l’enveloppe et de la technique du bâtiment.
  • Des recommandations générales pour des mesures de rénovation énergétique.
Les avantages du CECB:
  • L’efficacité énergétique de votre bâtiment est quantifiée de façon compréhensible.
  • Les points faibles de l’enveloppe du bâtiment et de la technique du bâtiment sont identifiés.
Le CECB est uniformisé pour toute la Suisse. Ceci rend
les bâtiments comparables lors de décisions d’achat ou de
location.

 

 

 

Comment isoler sa toiture

Les bâtiments mal isolés peuvent perdre 20% de la chaleur utile par la toiture. L’isolation de la toiture constitue ainsi une mesure très efficace pour économiser de l’énergie.

En plus d’économiser de l’énergie, l’isolation de la toiture  accroît le confort de vie. En effet, on observe souvent en été une augmentation de chaleur sous les toits mal isolés, ces températures sont bien trop élevés pour être agréables.

En hiver, c’est l’inverse qui se produit, les combles peuvent se refroidir fortement. En sachant que l’air chaud monte dans les étages supérieurs se sont des quantités considérables de chaleur qui sont perdues par le toit. L’air chaud montant toujours de la même manière dans les parties supérieures de la maison , les étages inférieurs peuvent se refroidir de façon inconfortable.

On distingue deux types de toitures:  Les toitures en pente et les toitures plates

La mise en œuvre et le type d’isolation thermique est fondamentalement différent selon le type de toiture.

1 Toiture en penteimages

Les toitures en pente anciennes ne sont souvent pas équipées d’une sous toiture qui assure l’étanchéité à l’eau. En cas de pluie conjuguée à un fort vent latéral, l’eau s’infiltre entre les tuiles et s’écoule à l’intérieur. Une nouvelle isolation ne permet pas de remédier à ce problème. En cas de rénovation, il est important d’associer la pose d’une sous couverture avec l’isolation de la toiture. On peut poser des panneaux isolants entre chevrons ou sur chevrons. Pour éviter les points faibles, il est recommandé de positionner l’isolation entre et sur chevron en croisant la structure porteuse. L’isolation est ainsi ininterrompue. Il existe deux types de construction: Les toitures froides et les toitures chaudes. Elles se différencient par le nombre d’espace de ventilation. La toiture chaude ne possède qu’un seul espace de ventilation entre la couverture et la sous-toiture. Dans cette configuration, la sous-toiture doit être perméable à la vapeur.

La toiture froide présente un second espace entre la sous-toiture et la couche d’isolation thermique. Pour garantir une bonne ventilation, le deuxième espace de ventilation doit posséder une entrée d’air par le bas dans la zone de la gouttière et une sortie d’air par le haut au niveau du faîte. Attention, le type de sous toiture est déterminé par la pente du toit et le type de couverture ainsi que des détails de construction.

 

2 Toiture plateimage-dintro-octobre-provence-maisons

De nombreuses toitures plates relativement anciennes ne sont pas suffisamment isolées. Il est généralement facile d’y remédier sans influencer sur l’architecture du bâtiment. Cependant , les toitures plates sont souvent rénovées que lorsque l’étanchéité n’est plus assurée et que l’eau s’est infiltrée à l’intérieur de la maison. Lorsque une isolation thermique est mouillée, elle doit être remplacée. Elle perd une grande partie de sa qualité isolante. Si la toiture plate n’a pas besoin d’être utilisée (praticable), elle est recouverte d’une couche de gravier, de verre poli ou de végétaux. Si la toiture plate est utilisée comme terrasse, une couche résistante aux sollicitations mécaniques doit être posée,toit-vegetal-terrasse dalles en pierre, lames de bois…

 

Bonus Flumroc

Jusqu‘au 30 juin 2017, Flumroc offre un bonus pour des façades nouvelles ou assainies avec une isolation thermique extérieure crépie. Optez pour une isolation thermique extérieure crépie avec des panneaux isolants Flumroc COMPACT PRO et recevez le bonus suivant sur présentation de l’entreprise chargée des travaux:

flu_allin_sujet_querbreit_hoch_und_schraeg_it_fr_2016

Revêtement panneaux isolants, m3 / bâtiment > 100 30 – 100
Bonus, CHF / m3, TVA incluse 30.- 25.-

Quels sont les subventions pour isoler sa maison

Il y a deux types de subventions cantonales et fédérales.

Bund/Conf�deration/Confederazione

  • Le Programme Bâtiments est une aide fédérale qui octroie une aide au maître de l’ouvrage qui souhaite rénover et améliorer son bâtiment. http://www.dasgebaeudeprogramm.ch/index.php/fr/subventionnement/conditions

 

Les cantons soutiennent financièrement l’assainissement énergétique des bâtiments et l’utilisation des énergies renouvelables. Le service de l’énergie de votre canton est à même de répondre à vos interrogations. Renseignez-vous suffisamment tôt sur les conditions à remplir pour bénéficier de ces aides car le plus souvent, les demandes doivent être validées avant le début des travaux.

Certaines banques proposent des hypothèques ou des prêts assortis de conditions spéciales pour les rénovations énergétiques ou les constructions Minergie ou Minergie Plus.

 

 

Page 1 sur 2

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén